Sélectionner une page

Vous avez dépassé les limites de la piste dans votre dernier tour et cela vous a coûté la pole position, mais il est à peu près sûr que vous et Yamaha êtes très contents de ce résultat en première ligne…

« Hier j’ai eu de grandes difficultés pour bien stopper la moto, et ça a été le même problème ce matin. Cela a été particulièrement difficile dans le virage 3, mais aussi dans le virage 2. Mais lors des FP4 nous avons fait un pas en avant, et ce n’est pas la première fois que cela se produit. Nous avons franchi ce cap lors de notre dernier time attack. J’ai pu faire de très bon temps au tour. Au niveau des pneus j’ai essayé le dur à l’arrière mais ce n’était pas génial. La dégradation des pneus est importante pour tout le monde ici. Je suis tout de même content du résultat, et même si mon meilleur chrono a été réalisé lorsque j’ai franchi les limites de la piste, c’était sympa de voir 1’22 d’affiché sur mon tableau de bord. »

Vous avez expliqué hier que les choses n’étaient pas faciles pour vous sous la pluie. Est-ce que la météo constitue un sujet de tracas pour vous ou non ?
« Je dois dire que si c’est sec ce serait bien mieux pour moi. Mais s’il pleut ce sera le cas pour tout le monde. Nous sommes ici pour travailler et obtenir la meilleure position que possible. Il va juste falloir décrocher le meilleur résultat possible. Nous avons fait le boulot lors des courses précédentes, et nous avions eu de bonnes sensations quand il pleuvait beaucoup. J’espère donc que quitte à pleuvoir, ce soit à grandes eaux. »

Fabio, à la vue des forces en présence ce weekend et des prévisions météos, quel est votre plan pour la course ?

« Au sujet de la météo, je pense que le meilleur plan est de ne pas en avoir. On peut toujours se dire “s’il fait beau on va faire ça”, ou “s’il pleut on va plutôt essayer ça”, mais à chaque fois que vous franchissez le premier virage le plan est totalement remis en cause. Il faut donc simplement choisir les meilleurs pneus et apprécier la course. Non, vraiment, il n’y a pas de plan.

Il semble que les limites de piste soient un sujet récurrent ici en Autriche. Il faut vraiment y faire attention, mais est-ce que cela peut justement être utilisé comme un avantage psychologique quand on sait que tout le monde se montre vigilant concernant les limites de piste ?

« Je ne pense pas qu’il s’agisse réellement d’un avantage : La piste est la même pour tout le monde, et normalement quand vous vous sentez à la limite c’est là que vous faites le plus d’erreurs. J’ai fait une de ces erreurs lors des qualifications, mais il va falloir faire attention aussi en course car il va y avoir beaucoup de tours. Je pense effectivement que c’est un circuit où vous pouvez vous retrouver plus facilement hors des limites de la piste. Je pense que si la piste est sèche [demain], le rythme devrait être un peu plus lent. Et s’il pleut personne n’aura vraiment de raison de franchir les limites de la piste. Je ne peux donc pas dire que je perçois cela comme un avantage.

Dani Pedrosa s’en tire plutôt très bien jusqu’ici ce weekend. Quel est votre regard sur ses performances, et est-ce que cela vous inquiète en ce qui concerne le niveau de performance de la KTM pour l’an prochain ?

« J’ai toujours regretté d’avoir signé en MotoGP après que Dani a pris sa retraite. Cela a été sympa de le voir en piste aujourd’hui. Il a fait beaucoup de tours ici, mais ce n’était pas la même chose. Ce n’est pas la même chose que de faire des tests et de participer à une course. J’ai été très impressionné. C’est une légende du MotoGP et il se débrouille toujours très bien, donc je suis très content pour lui. »
Propos recueillis sur Paddockgp