Sélectionner une page

Est-ce vous qui avez demandé à démarrer votre moteur dans le type d’usine, et pourquoi ?

Fabio Quartararo : « Oui, bien sûr. C’est quelque chose de naturel. Normalement, ils démarrent le moteur une demi-heure avant que les essais commencent, donc 35 minutes avant que les essais commencent je vais au box et je démarre la moto. Je ne vais pas casser la moto simplement en enclenchant le démarreur et en poussant le bouton, et comme je l’ai dit l’année dernière, c’est quelque chose d’important pour faire partie d’une équipe : Mécaniciens, médias ou autre, nous devons nous aider les uns des autres. Je pense que c’est important qu’il n’y ait pas un gars qui soit simplement sur la moto puis s’en va à l’hôtel pour se relaxer. Si je peux aider n’importe quelle personne dans l’équipe, je le ferai. »

Vous semblez piloter agressivement et avoir un bon feeling…

« Vous avez raison. J’ai vraiment dû piloter fort aujourd’hui car les conditions n’étaient pas les mêmes que durant le test. Pour moi, le dernier secteur était étrange car durant le test, j’y étais très rapide, mais en comparant le test et aujourd’hui, nous avons beaucoup perdu : Nous ne pouvions pas vraiment avoir de vitesse et faire une bonne sortie. Nous avons dû utiliser le même style que les motos rouges mais nous n’avons pas cette puissance et cette vitesse de pointe. Donc nous perdons un quart de seconde dans le dernier secteur. Cela veut dire que nous devons trouver quelque chose et progresser dans le dernier secteur, et nous espérons que les conditions dans le dernier secteur vont progresser. »

Pensez-vous que ce dernier secteur puisse être un problème durant la course, puisque les Ducati y sont très rapides ?

« Je pense qu’il n’est pas si nécessaire de répéter encore et encore que la vitesse de pointe de la moto n’est pas la meilleure. Je vais essayer de gérer moi-même cela pour progresser dans ce secteur. Je vais essayer de bloquer tout le monde dans la ligne droite (rires) pour arriver dans la meilleure position possible au premier virage. Puis on verra. Nous sommes seulement en FP2 et il y a encore la FP3 et la FP4. En qualification, j’espère que nous pourrons améliorer l’adhérence dans ce dernier secteur, mais c’est quelque chose que je veux améliorer. Puis nous verrons. Nous savons qu’au Qatar la ligne droite est difficile pour nous, mais plus vous y pensez, plus vous ressentez que c’est un problème, donc c’est un point faible mais c’est comme ça. Rien de plus ! »

On attend de forts vents pour samedi et dimanche. Êtes-vous inquiet ?

« J’ai vu que ça allait être venteux dimanche, mais aujourd’hui, je ne sais pas pour demain. Nous essaierons donc de faire au mieux et je pense qu’avec tous les ailerons qu’ont les Ducati, ce ne sera pas facile non plus pour elles (rires). Ce ne sera facile pour personne mais comme il semble que nous ayons les plus petits ailerons du paddock, le pire ne sera pas pour nous. »

Vous dites qu’en début de course vous devez bloquer tout le monde pour arriver premier au premier virage. Est-ce la seule tactique que vous envisagez pour gagner en ce moment ?

« Non, quand je dit “bloquer”, je veux dire que je dois faire au mieux. Mais je pousse, et je pense que tous les pilotes Yamaha poussent, pour avoir le système avant pour les départs, car j’ai l’impression qu’il est très facile de faire une erreur avec la Yamaha lors du départ. Et il est très difficile de le rendre rapide. Même quand on fait un départ parfait, c’est très lent comparé à tout le monde. Nous devons donc améliorer cela car nous savons que c’est très important pour nous, mais nous ferons de notre mieux. J’attaque au maximum pour être à la meilleure position possible, donc nous verrons, mais ce n’est pas facile. »

Vous pensez que c’est le problème le plus important en ce moment sur la M1 ?

« C’est un point faible qui peut être résolu très rapidement ! Donc j’espère que Yamaha pourra faire quelque chose très rapidement pour améliorer cela, car je pense que ce n’est pas très compliqué. Tout le monde l’a, et j’ai vu que les Suzuki étaient vraiment très rapides alors qu’elles n’ont pas le système pour abaisser l’arrière. J’espère donc qu’ils vont apporter quelque chose dès que possible. »

Propos recueilli sur « PaddockGp »