Sélectionner une page

La journée a été bonne pour vous, mais quel a été le problème en début de la FP2, est comment expliquer ce changement entre la FP1 et la FP2 ?
Fabio Quartararo : « Globalement, ce matin, je ne me suis pas senti vraiment très bien avec les réglages pour le mouillé. A la fin, j’ai essayé le pneu avant dur et j’ai trouvé que c’était un peu un désastre car je n’avais pas un très bon feeling. Cet après-midi, nous avons commencé avec la moto du test et nous avions une deuxième moto un peu différente à essayer. Je n’ai pas vraiment eu le temps d’essayer la moto du test et nous sommes passés directement avec les nouveaux réglages, et nous avons dû terminer avec cette moto car nous avons connu un problème électronique. Mais le feeling était bon et je pense que nous avons encore un peu de potentiel pour progresser. »

Vous semblez un peu plus optimiste que lors du test. La progression provient-elle de nouvelles pièces ou du travail effectué dans le box ?
« Non, lors du dernier test, nous avons roulé 6 dixièmes plus vite que ça ! Donc je m’attendais à être rapide car pour être honnête j’avais terminé deuxième à 14 millièmes de Pol lors du test, mon rythme était très rapide et je sentais que la moto avait un grand potentiel. Mais nous avions eu trois jours de test, les pneus ont changé, le tarmac a changé, et pour être honnête je m’attendais à terminer dans le top cinq aujourd’hui. Bien sûr, P1 est bien mieux, Mais je m’attendais à être là. »

Vous dîtes que vous vous attendiez à être dans le top cinq mais c’est bien mieux. Pourquoi ? Vous vous sentez plus à l’aise ?
« Non, j’ai le même feeling que lors du test, et, pour être honnête, pendant le test, vous roulez pendant trois jours et vous laissez plein de gomme des MotoGP. Aujourd’hui était la première journée et c’était un peu comme le premier jour. Nous devons nous adapter un peu mais je me sens très bien et je pense que nous devons franchir un cap dans le secteur un, qui est le secteur où je suis très mauvais. Je dois franchir un cap en pilotage à cet endroit, mais mon feeling était très bon et je pense que c’est globalement ce à quoi je m’attendais aujourd’hui. Comme je l’ai dit, peut-être pas finir P1, mais être là à 1, 2 ou 3/10 de la P1. »

Au Qatar, vous avez dit qu’il serait difficile de faire un podium ou de se battre pour la victoire. Ici, vous pensez que la situation est différente ?
« Nous avons seulement fait une séance dans de bonnes conditions : je sais pas quelle résistance aura le pneu, je ne sais pas quel pneu utiliser. Peut-être que si vous me posez la même question demain, je pourrai répondre de façon plus claire, mais actuellement, je pense que notre rythme est très rapide et nous sommes très réguliers. Donc je suppose que nous avons un bon potentiel pour la course, mais je préfère rester calme et bien travailler demain. »

Comment étaient les conditions de piste, y compris sur la nouvelle surface ?
« Pour être honnête, la nouvelle partie n’était pas mauvaise mais elle était étrange. Pour moi, certaines parties de la piste ont beaucoup d’adhérence alors que d’autres n’en ont pas. Le nouveau tarmac sèche également beaucoup plus lentement que le vieux, mais pour être honnête, je pense que ce n’est pas si mal, même si, comme je l’ai dit, c’est très étrange parce que vous vous attendez à une adhérence à la sortie du dernier virage qui est bien meilleure que celle des virages1 et 2. Puis à la sortie du virage quatre, vous avez bien plus de XXX. Je pense que quand nous aurons commencer à déposer plus de gomme dans les entrées de virage, ce sera mieux car en accélération, là où nous laissons de la gomme, c’est bien mieux. »

L’ancienne partie est-elle toujours sale ?
« Oui, c’était toujours un peu sale mais beaucoup moins que lors du test. Lors du test, comme nous avons roulé trois jours, nous pouvions clairement voir le caoutchouc noir sur la trajectoire et nous pouvions voir que personne n’avait roulé hors de la trajectoire. Donc je pense que ce n’était pas mal. »

Pouvez-vous ressentir la nouvelle construction des pneus arrière apportés et cela change-t-il le comportement de la moto ? Et si oui, est-ce mieux ou moins bien pour vous ?
« Pour moi, c’est un peu moins bien et vous pouvez le sentir, mais c’est complètement différent car quand nous avons terminé le test, c’était trois jours de test avec une piste complètement gommée, alors qu’aujourd’hui était la première journée et nous n’avons pas fait autant de tours que lors du test, donc il n’y a pas beaucoup de gomme sur la piste. Donc je m’attendais à beaucoup plus de changements avec ce pneu arrière, mais selon moi, en ce qui concerne la performance la régularité, le pneu que nous avions lors du test était bien meilleur. »

Qu’est-ce que tu peux améliorer dans le secteur 1 ?
« Sincèrement, dans le secteur 1, je pense qu’il faut vraiment améliorer 2, 3, 4. Surtout aujourd’hui, je pense qu’il me manquait un petit peu de vitesse de passage et d’angle dans le virage 2. Et si je fais mal le 2, je fais mal le 3 et le 4, donc je pense qu’il faut vraiment se focaliser sur le 2 et essayer de faire un step, parce que même pour jouer la première ligne et la pole demain, il va falloir vraiment améliorer ce secteur là sinon je pense que ça ne sera pas jouable. »

 Si la course se déroule sur le sec avec une température élevée comme jeudi, est-ce que ce sera très dur physiquement ?
« Sincèrement, je pense que c’est bien qu’il fasse chaud parce que physiquement je me sens très fort et je pense qu’on n’aura pas vraiment de difficultés à gérer ça sur la moto même si ce sera très dur. Mais je pense qu’on peut bien gérer ça. »

Pendant l’hiver, tu disais que tu avais beaucoup de mal à chasser le chrono. Qu’est-ce qui a changé ?
« Je pense que j’ai réussi à faire un beau tour même si j’ai fait quelques petites erreurs. C’est une question de s’habituer un petit peu. Même à la fin de la saison de l’année dernière, j’avais un petit peu de mal à faire ces qualifs. Aujourd’hui, on a eu un bon tour et j’ai réussi à ne pas faire beaucoup d’erreurs dans mon tour, donc j’ai réussi à faire un bon chrono. »

Au niveau de la chaleur, est-ce que tu fais quelque chose de spécial pour te préparer ?
« Je bois énormément car ce sont vraiment des conditions très difficiles. Après, sincèrement, je pense qu’il faut s’habituer et c’est pour tout le monde pareil. Je pense que c’est intéressant de rester vraiment concentré, de ne pas faire d’erreur, et même de ne pas rester dehors longtemps pour éviter de transpirer. Je pense que l’hydratation est la chose la plus importante sur ce circuit. »