Sélectionner une page

Fabio, vous ne pouviez pas faire plus aujourd’hui…
Fabio Quartararo : « Oui, j’ai pu faire un très bon départ mais Pecco a fait un freinage fantastique au premier virage. Au 1 et 2, il était super fort et je savais que si je ne pouvais pas le doubler dans les deux ou trois premiers tours, cela allait être difficile pour le pneu avant, et globalement c’est ce qui s’est passé. Ensuite, pendant la course, je suis toujours resté un peu éloigné car sinon il était impossible de piloter avec le pneu avant qui glissait et qui bougeait beaucoup, comme du chewing-gum. A la fin, je devais essayer mais je ne pouvais rien faire pour être plus proche. J’étais un peu plus proche au virage 10 et j’ai essayé de prendre le 11 très vite mais j’ai élargi et j’ai su qu’il n’était pas possible de doubler. Mais je suis très heureux car je sens que j’ai amélioré mon pilotage avec des difficultés sur l’avant, ce qui est donc très bon point. »

 Vous étiez tous les deux très concentrés pour ne pas commettre la moindre erreur, et vous n’en avez pas commises. Est-ce un motif de satisfaction ?
« Oui ! Il y avait beaucoup de bonnes choses à essayer et c’était amusant car parfois Pecco ratait le point de corde, et je ratais le point de corde. A chaque fois qu’il faisait quelque chose, je faisais pareil derrière, donc nos rythmes de course étaient très similaires et tout était très similaire, mais au final je suis très heureux, car notre allure était vraiment très rapide. L’année dernière, nous avons eu ici une course très difficile physiquement et je suis très heureux car je me sens beaucoup plus fort car je n’ai pas eu de douleur aujourd’hui. Très heureux et impatient de piloter à la prochaine course ! »

Vous allez arriver à votre course à domicile en France en tête du championnat. C’est une sensation particulière ?
« Oui, je suis très impatient car, à part lors de ma première année en 2019, mais je n’étais pas dans la même position, car j’étais un rookie en quête de bons résultats, je n’y suis jamais arrivé en menant le championnat. Plus que ça, je n’ai jamais vraiment vu les fans au Mans me soutenir, donc arriver là-bas avec ce genre de position, je pense que ça va être fou, et je suis impatient de les voir. »

En fin d’année dernière, vous vous êtes battu avec Francesco Bagnaia pour le titre. En sera-t-il de même cette année ?
« Au moins, se battre pour le championnat est toujours bon (rires) !  Mais aujourd’hui, avec Pecco, même si j’ai terminé deuxième, vous apprenez toujours et c’est toujours très bien. Je pense que j’ai davantage appris dans ce genre de course qu’au Portugal, car aujourd’hui il m’a poussé à la limite. Je pense que c’est très bien d’avoir quelqu’un comme ça car vous faites beaucoup progresser votre pilotage. Et je suis sûr qu’Aleix (Espargaró) sera là, car il a une grosse régularité cette année, donc il est dans la partie. »

En début de saison, beaucoup de personnes ont dit que la Yamaha n’était pas compétitive, surtout en regardant les autres pilotes de la marque. Êtes-vous surpris d’être là où vous êtes ?
« J’étais davantage surpris de mener le championnat déjà la semaine dernière, car si vous regardez, à part Mandalika, je ne dirais pas que c’était un désastre mais mes positions étaient, 7e, 8e; 9e, 2e, puis bien sur la victoire, donc nous avons toujours terminé dans le top 10, et au final, je pense que c’est le genre de courses où vous devez donner votre meilleur pour préserver 3, 4 ou 5 points de plus que ce dont vous avez besoin, et cela rend ces points très importants. mais pour être honnête, je pilote à la limite et je n’ai rien de plus (sous la main) à chaque instant. C’est vrai que les autres Yamaha peinent beaucoup mais au final ce n’est pas mon problème: j’ai suffisamment à penser pour être rapide avec notre moto, donc je m’occupe de moi-même. »

Vous avez maintenant roulé sur plusieurs circuits différents types : avez-vous une idée de ceux où vous devrez attaquer et de ceux où vous devrez être plus conservateur en vue du championnat ?
« Je pense que je ne dois pas être conservateur (rires) ! Je pense que je dois donner mon meilleur à chaque fois que je suis en piste. A Austin, j’ai terminé septième et malheureusement j’étais satisfait, car j’ai senti que j’avais donné le meilleur de moi-même et que je n’aurais pas pu faire mieux. Peut-être P6 mais je me suis battu exactement de la même façon pour la septième place que pour la première ou la deuxième aujourd’hui ! Je dois donc être à la limite partout car je sais que vont venir certains circuits où je vais souffrir. La réalité est que nous allons souffrir comme nous avons souffert en début d’année, mais je serai à la limite à chaque fois. »

Votre box vous a-t-il indiqué que Rins était en dehors des points ?
« Si c’était la dernière course, bien sûr, mais il y a encore 16 courses à disputer et si vous regardiez le top 5 avant la course, tout était extrêmement serré, donc bien sûr je ne savais rien et j’avais déjà suffisamment de travail pour suivre Pecco. »

Quand vous suiviez Francesco avec ce problème de pression et de température du pneu, saviez-vous que vous deviez essayer de le doubler rapidement ?
« Globalement, je ne pouvais pas rester plus près car quand j’ai senti que l’avant était à la limite, je me suis dit « OK, je sais que je ne peux pas doubler maintenant puisque Pecco freine vraiment très tard et fort ». L’année dernière, j’étais beaucoup plus rapide dans le virage 12 alors que cette année je n’ai pas pu être plus rapide durant tout le weekend, ou alors ils ont fait un grand pas en avant. J’ai donc décidé de rester un peu éloigné d’une demi seconde de Pecco mais vers la fin vous devez essayer de faire quelque chose. Vers la fin, j’ai attaqué à la limite mais je n’ai rien pu faire. Mais je pense que j’ai beaucoup progressé aujourd’hui car en pilotant dans ce genre de conditions j’ai vraiment pu réfléchir à comment gérer cela, et on l’a fait d’une bonne manière. Je pense donc que c’est une très bonne expérience pour le futur. »

Francesco Bagnaia a été très compétitif en fin de saison dernière. Êtes-vous inquiet qu’il le soit plus tôt dans dans la saison cette année ?
« Globalement, Pecco a été très rapide l’année dernière et en fin d’année il était imbattable. Pas seulement à cause de sa vitesse (de pointe) mais aussi de la façon dont il pilotait: Il était super rapide ! Cette année, il semble bien sûr qu’il soit super rapide déjà plus tôt, donc je ne parlerais pas d’inquiétude mais il est bien sûr un des plus rapides de la grille. Ce sera une belle bataille ! (sourires) »