Sélectionner une page

« C’est frustrant de courir comme ça » lâche ainsi le Français. « J’ai commis une petite erreur au départ et ma course s’est arrêtée là. Je me suis battu uniquement avec Nakagami et Marc Marquez, puis j’ai gagné des positions uniquement parce qu’ils sont tombés devant. Rins, Mir et Pecco… Je n’ai même pas dépassé ».

Il ajoute : « j’ai essayé d’attaquer Aleix Espargarò mais on perd trop et puis je ne peux pas tout récupérer au freinage, c’est impossible. Dans ces conditions c’est difficile de doubler, ils étaient forts devant mais avec mon rythme j’étais plus fort qu’Aleix et Jack Miller mais je n’ai même pas pu essayer de les attaquer ». La prochaine étape aura lieu dans le temple de la vitesse de pointe, au Mugello, pour un Grand Prix d’Italie qui se déroulera du 27 au 29 mai…

Sur sa situation au championnat, il se veut clair : « Pecco Bagnaia est rapide, mais Enea est le seul qui a gagné plus d’une course, il en a remporté trois. C’est l’homme à battre en ce moment. Quand il a le rythme, il peut être vraiment rapide ». Et il en arrive à cette conclusion : « je ne suis pas le favori pour le titre. La seule chose que je peux faire c’est de ne pas commettre d’erreur. Lorsque c’est le cas, je peux être présent, car on n’est pas fondamentalement mauvais, sauf dans les cas d’Austin et du Qatar. Mais si l’on regarde Jerez, on était les plus rapides avec Pecco ».

Fabio Quartararo termine : « lorsque vous perdez cinq six ou huit mètres à l’accélération, vous ne pouvez pas être assez près au virage suivant pour gagner une position ». On rappellera que la prochaine étape du calendrier est un Grand Prix d’Italie sur un tracé du Mugello où il vaut mieux avoir de la vitesse de pointe pour y briller en MotoGP